Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Les Jeux olympiques et paralympiques font l’objet d’une contestation de plus en plus affirmée et organisée. Ils constituent un méga-événement sportif planétaire dont la visibilité médiatique attire encore métropoles et pays correspondants (mais pour combien de temps ?), malgré les dépenses somptuaires qu’ils occasionnent, et les dépassements budgétaires parfois énormes qu’ils provoquent. Ils constituent ainsi des enjeux financiers mais surtout symboliques dans lesquels la place des citoyens reste minime, loin des discours qui leur promettent une participation active et des retombées mirobolantes. À l’occasion de l’accueil des Jeux à Paris en 2024, ce dossier explore les enjeux en termes financiers, politiques, médiatiques et d’aménagement de cet événement et compte lever les voiles qui le rendent opaque vers l’intérieur et brillant vers l’extérieur.

14,22 €
14,22 €

Il y a quelques dizaines d’années, comme le rappelle l’un des articles de ce numéro des Débats de l’ITS, des organismes internationaux classaient le système français de santé au premier rang mondial. 

Nous n’en sommes plus là. Et pire, une crise très profonde, parfois décourageante, traverse toute la chaîne du soin, de la prévention aux Ehpad, en passant par la médecine de proximité et les hôpitaux publics. Cette publication se propose d’en analyser une bonne partie des causes avec bien sûr des propositions pour sortir de cette situation.

Nous avons bien conscience de ne pas avoir traité de tous les sujets relatifs à la santé. Nous aurions voulu, par exemple, approfondir la place des industries pharmaceutiques et leur rôle dans les pays du Nord et du Sud. Nous le ferons en une autre occasion.

9,48 €
9,48 €

Il y a quelques dizaines d’années, comme le rappelle l’un des articles de ce numéro des Débats de l’ITS, des organismes internationaux classaient le système français de santé au premier rang mondial. 

Nous n’en sommes plus là. Et pire, une crise très profonde, parfois décourageante, traverse toute la chaîne du soin, de la prévention aux Ehpad, en passant par la médecine de proximité et les hôpitaux publics. Cette publication se propose d’en analyser une bonne partie des causes avec bien sûr des propositions pour sortir de cette situation.

Nous avons bien conscience de ne pas avoir traité de tous les sujets relatifs à la santé. Nous aurions voulu, par exemple, approfondir la place des industries pharmaceutiques et leur rôle dans les pays du Nord et du Sud. Nous le ferons en une autre occasion.

9,48 €
9,48 €

Salariat est une revue  pluridisciplinaire  de  sciences sociales consacrée à l’étude du salariat entendu comme rapport social, comme classe sociale et comme ensemble institutionnel.

Jean-Luc Deshayes,

Florence Ihaddadene,

Maud Simonet, 

Daniel Véron,

Claire Vivès,

Karel Yon,

François Vatin, 

Ana Carolina Coppola, 

Guillaume Gourgues,

Aurélien Casta,

Lucas Joubert,

Mara Bisignano, 

Aurélien Catin,

Al Caudron,

Jean-Pascal Higelé,

Carole Yerochewski, 

Nicole Teke-Laurent, 

11,37 €
11,37 €

Salariat est une revue  pluridisciplinaire  de  sciences sociales consacrée à l’étude du salariat entendu comme rapport social, comme classe sociale et comme ensemble institutionnel.

Jean-Luc Deshayes,

Florence Ihaddadene,

Maud Simonet, 

Daniel Véron,

Claire Vivès,

Karel Yon,

François Vatin, 

Ana Carolina Coppola, 

Guillaume Gourgues,

Aurélien Casta,

Lucas Joubert,

Mara Bisignano, 

Aurélien Catin,

Al Caudron,

Jean-Pascal Higelé,

Carole Yerochewski, 

Nicole Teke-Laurent, 

14,22 €
14,22 €

La table d’orientation de ce treizième numéro de Zilsel dit assez la vitalité actuelle des études sociales des sciences et techniques.

On y trouvera une série d’enquêtes approfondies sur les effets du genre dans le choix des objets sociologiques, les thèses Cifre en tension avec les attentes académiques et les tentatives d’internationalisation de certaines revues de sciences sociales françaises.

Le dossier porte sur le « terrain », cet espace d’investigation multiforme investi par les chercheur∙euses. Des blocs opératoires aux professionnelles de la santé non conventionnels, des inquiétudes sur l’empreinte écologique de la recherche à la fiction comme réinvestissement du terrain scientifique, des terrains extrêmes aux blancs des cartes, c’est un kaléidoscope d’études de cas qui donnent à voir le terrain moins comme un banal site d’enquête que comme une entrée toujours incertaine pour construire un objet de recherche.

La revue poursuit également son entreprise de défrichement.

Enfin, cinq notes critiques donnent un aperçu des productions en cours, dans le style désormais bien reconnaissable de la revue.

Bruno Andreotti, Jean-François Bert, Céline Bonicco-Donato, Vincent Bontems, Cynthia Colmellere, Nicolas El Haïk-Wagner, Renaud Epstein, Mégane Fernandez, Marion Guenot, Yves Gingras, Antoine Hardy, Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Jobard, Mahdi Khelfaoui, Adrien Kurek, Margot Legal, Jérôme Lamy, Claire Lemerle, Marion Maisonobe, Alessandro Manzotti, Pierre-Emmanuel Metzger--Debrune, Jean-Édouard Morère, Sébastien Mosbah-Natanson, Matthieu Noucher, Sophie Orange, Guillaume Petit, Irénée Régnault, Mathilde Roussigné, Arnaud Saint-Martin, Hélène Vérin.

15,17 €
15,17 €

La table d’orientation de ce treizième numéro de Zilsel dit assez la vitalité actuelle des études sociales des sciences et techniques.

On y trouvera une série d’enquêtes approfondies sur les effets du genre dans le choix des objets sociologiques, les thèses Cifre en tension avec les attentes académiques et les tentatives d’internationalisation de certaines revues de sciences sociales françaises.

Le dossier porte sur le « terrain », cet espace d’investigation multiforme investi par les chercheur∙euses. Des blocs opératoires aux professionnelles de la santé non conventionnels, des inquiétudes sur l’empreinte écologique de la recherche à la fiction comme réinvestissement du terrain scientifique, des terrains extrêmes aux blancs des cartes, c’est un kaléidoscope d’études de cas qui donnent à voir le terrain moins comme un banal site d’enquête que comme une entrée toujours incertaine pour construire un objet de recherche.

La revue poursuit également son entreprise de défrichement.

Enfin, cinq notes critiques donnent un aperçu des productions en cours, dans le style désormais bien reconnaissable de la revue.

Bruno Andreotti, Jean-François Bert, Céline Bonicco-Donato, Vincent Bontems, Cynthia Colmellere, Nicolas El Haïk-Wagner, Renaud Epstein, Mégane Fernandez, Marion Guenot, Yves Gingras, Antoine Hardy, Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Jobard, Mahdi Khelfaoui, Adrien Kurek, Margot Legal, Jérôme Lamy, Claire Lemerle, Marion Maisonobe, Alessandro Manzotti, Pierre-Emmanuel Metzger--Debrune, Jean-Édouard Morère, Sébastien Mosbah-Natanson, Matthieu Noucher, Sophie Orange, Guillaume Petit, Irénée Régnault, Mathilde Roussigné, Arnaud Saint-Martin, Hélène Vérin.

18,01 €
18,01 €

L’engagement sociologique

Parce qu’elle cherche à représenter et à rendre compte du monde social ou de tel ou tel de ses aspects, la sociologie est inévitablement prise dans les luttes symboliques (scientifiques, politiques, médiatiques) qui ont pour enjeu la vision légitime du monde social. C’est pourquoi l’engagement sociologique n’est au fond qu’une façon de tirer les conséquences d’un état de fait. Mais cette forme d’engagement porte elle-même à conséquences. Outre qu’elle implique la défense de l’autonomie de la recherche contre les tentatives récurrentes d’arraisonnement politique, elle impose un devoir de réflexivité qui a pour corollaire un devoir de scientificité. Le souci de préserver la spécificité de l’engagement sociologique impose, en effet, de ne pas réduire la tâche du sociologue à celle d’un militant comme un autre. Il ne s’agit pas seulement, en effet, de positions à prendre ou d’indignation à faire entendre, mais de choses à savoir et à comprendre. C’est pourquoi l’engagement sociologique, loin d’affranchir des contraintes et des compétences exigées des chercheurs, implique la défense des valeurs de vérité et de désintéressement qui sont celles de la science.


6,64 €
6,64 €

L’engagement sociologique

Parce qu’elle cherche à représenter et à rendre compte du monde social ou de tel ou tel de ses aspects, la sociologie est inévitablement prise dans les luttes symboliques (scientifiques, politiques, médiatiques) qui ont pour enjeu la vision légitime du monde social. C’est pourquoi l’engagement sociologique n’est au fond qu’une façon de tirer les conséquences d’un état de fait. Mais cette forme d’engagement porte elle-même à conséquences. Outre qu’elle implique la défense de l’autonomie de la recherche contre les tentatives récurrentes d’arraisonnement politique, elle impose un devoir de réflexivité qui a pour corollaire un devoir de scientificité. Le souci de préserver la spécificité de l’engagement sociologique impose, en effet, de ne pas réduire la tâche du sociologue à celle d’un militant comme un autre. Il ne s’agit pas seulement, en effet, de positions à prendre ou d’indignation à faire entendre, mais de choses à savoir et à comprendre. C’est pourquoi l’engagement sociologique, loin d’affranchir des contraintes et des compétences exigées des chercheurs, implique la défense des valeurs de vérité et de désintéressement qui sont celles de la science.

9,48 €
9,48 €

Quel avenir pour la (les) gauche(s) en France... et aussi dans le monde ? 

Les contributions proposées dans ce numéro des Débats de l’ITS  s’inscrivent dans la continuité de nos questionnements autour de la crise de la démocratie représentative occidentale. La situation politique française est inédite depuis les élections présidentielle et législatives de 2022. 

C’est quoi la gauche aujourd’hui ? Quel est son avenir ?

Comment les débats citoyens dans tous les domaines peuvent-ils créer des dynamiques alternatives qui tiennent dans la durée, sans escamoter les contradictions qui existent ?

Ce numéro des Débats de l’ITS ne traite pas des conséquences du sanglant conflit actuel au Proche-Orient sur les gauches en France. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Daniel Richter

Jean-Pierre Hardy

Georges Gontcharoff

Gilles Seitz

Monique Dental et Sandra Frey

Gustave Massiah

Bertrand Badie

Emmanuel Terray

Jean Mendelson

Laurence Rossignol

9,48 €
9,48 €

Quel avenir pour la (les) gauche(s) en France... et aussi dans le monde ? 

Les contributions proposées dans ce numéro des Débats de l’ITS  s’inscrivent dans la continuité de nos questionnements autour de la crise de la démocratie représentative occidentale. La situation politique française est inédite depuis les élections présidentielle et législatives de 2022. 

C’est quoi la gauche aujourd’hui ? Quel est son avenir ?

Comment les débats citoyens dans tous les domaines peuvent-ils créer des dynamiques alternatives qui tiennent dans la durée, sans escamoter les contradictions qui existent ?

Ce numéro des Débats de l’ITS ne traite pas des conséquences du sanglant conflit actuel au Proche-Orient sur les gauches en France. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Daniel Richter

Jean-Pierre Hardy

Georges Gontcharoff

Gilles Seitz

Monique Dental et Sandra Frey

Gustave Massiah

Bertrand Badie

Emmanuel Terray

Jean Mendelson

Laurence Rossignol

9,48 €
9,48 €

Les usages sociaux de l’anglais

Matière scolaire et universitaire, pratique linguistique incorporée, mais aussi langue associée, par les groupes qui la pratiquent ou la valorisent, à un style de vie et à une vision du monde, l’anglais contribue à la (re)production des écarts entre les groupes sociaux et à la recomposition des formes de domination. À travers l’association des formes internationalisées de capital (social, culturel, symbolique) à des modèles d’organisation économique et politique et aux transformations du capitalisme, c’est tout un ordre symbolique et les mécanismes de son imposition que les articles de ce dossier étudient, en proposant des études de cas centrées tour à tour sur les styles de vie et les styles éducatifs des familles, sur le système d’enseignement, le champ scientifique et divers univers professionnels.

Les usages sociaux de l’anglais

Matière scolaire et universitaire, pratique linguistique incorporée, mais aussi langue associée, par les groupes qui la pratiquent ou la valorisent, à un style de vie et à une vision du monde, l’anglais contribue à la (re)production des écarts entre les groupes sociaux et à la recomposition des formes de domination. À travers l’association des formes internationalisées de capital (social, culturel, symbolique) à des modèles d’organisation économique et politique et aux transformations du capitalisme, c’est tout un ordre symbolique et les mécanismes de son imposition que les articles de ce dossier étudient, en proposant des études de cas centrées tour à tour sur les styles de vie et les styles éducatifs des familles, sur le système d’enseignement, le champ scientifique et divers univers professionnels.

9,48 €
9,48 €
<p>Les Jeux olympiques et paralympiques font l’objet d’une contestation...
<p class="p1" style="margin:0px 0px...
<p class="p1" style="margin:0px 0px...
<p><i>S</i><span class="s1" style="letter-spacing:.5px;"><i>alariat...
<p><i>S</i><span class="s1" style="letter-spacing:.5px;"><i>alariat...
15,17 €
<p>La table d’orientation de ce treizième numéro de Zilsel dit assez la...
18,01 €
<p>La table d’orientation de ce treizième numéro de Zilsel dit assez la...
<p>L’engagement sociologique</p><p>Parce qu’elle cherche à représenter...
<p>L’engagement sociologique</p> <p>Parce qu’elle cherche à représenter...
<h3 class="p1"...
<h3 class="p1"...
<p>Les usages sociaux de l’anglais</p> <p>Matière scolaire et...