Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Filtres actifs

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge à ce livre.

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

La situation sociale est très tendue et contradictoire ; les sujets en souffrent. On est à la fois en présence de nombreux mouvements qui émettent des critiques publiques nombreuses et souvent radicales, mais aussi d’un fatalisme profond et de beaucoup d’efforts pour s’intégrer dans la société. 

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge non seulement pour comprendre le potentiel de dépassement de cette situation, mais également ce qui l’empêche.

Jan Spurk est professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes, Faculté SHS – Sorbonne, et auteur de nombreux ouvrages dont Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération, Le Bord de l’Eau, Lormont, 2016 ; Au-delà de la crise ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2016 ; Les limites de l’indignation ou la révolution commence-t-elle à Bure ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2017 ; Sociologues dans la cité, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018.

11,37 €
11,37 €

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge à ce livre.

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

La situation sociale est très tendue et contradictoire ; les sujets en souffrent. On est à la fois en présence de nombreux mouvements qui émettent des critiques publiques nombreuses et souvent radicales, mais aussi d’un fatalisme profond et de beaucoup d’efforts pour s’intégrer dans la société. 

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge non seulement pour comprendre le potentiel de dépassement de cette situation, mais également ce qui l’empêche.

Jan Spurk est professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes, Faculté SHS – Sorbonne, et auteur de nombreux ouvrages dont Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération, Le Bord de l’Eau, Lormont, 2016 ; Au-delà de la crise ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2016 ; Les limites de l’indignation ou la révolution commence-t-elle à Bure ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2017 ; Sociologues dans la cité, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018.

8,53 €
8,53 €

La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en fait partie. Elle contribue à la compréhension, à l’explication, ainsi qu’à la critique du monde au sein duquel nous vivons. Elle n’a rien d’un exercice académique ; elle est constituée d’interventions dans la cité.

Prendre la parole, même devant le public très restreint d’une petite réunion, est une intervention dans la cité. Une prise de position publique n’est jamais neutre. Elle engage son auteur et son public. Elle est toujours normativement orientée, une orientation que les théories critiques revendiquent et formulent explicitement : vivre dans une société plus juste, plus libre et plus raisonnable que la nôtre.

Jan Spurk, professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’université Paris Descartes. Auteur de nombreux ouvrages dont Malaise dans la société. Soumission et résistance ; Avenirs possibles. Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants ; Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération ; Au-delà de la crise et Les limites de l’indignation.

14,22 €
14,22 €

La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en fait partie. Elle contribue à la compréhension, à l’explication, ainsi qu’à la critique du monde au sein duquel nous vivons. Elle n’a rien d’un exercice académique ; elle est constituée d’interventions dans la cité.

Prendre la parole, même devant le public très restreint d’une petite réunion, est une intervention dans la cité. Une prise de position publique n’est jamais neutre. Elle engage son auteur et son public. Elle est toujours normativement orientée, une orientation que les théories critiques revendiquent et formulent explicitement : vivre dans une société plus juste, plus libre et plus raisonnable que la nôtre.

Jan Spurk, professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’université Paris Descartes. Auteur de nombreux ouvrages dont Malaise dans la société. Soumission et résistance ; Avenirs possibles. Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants ; Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération ; Au-delà de la crise et Les limites de l’indignation.

11,37 €
11,37 €

La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec ces déchets ?

Pour la filière nucléaire en France et beaucoup d’autres acteurs, son enfouissement à 500 mètres de profondeur à Bure est la meilleure solution. Personne ne nie la nécessité de traiter les déchets nucléaires. Ce projet rationnellement mené depuis plus de vingt ans n’est cependant pas consensuel. Bien au contraire, il a créé de la part des opposants à ce projet des affinités électives contre le projet entre des acteurs très différents : de l’agriculteur aux ZADistes en passant par l’Église catholique. Le projet avance (difficilement) et la critique des opposants s’est transformée en une véritable indignation contre le projet et ses promoteurs. Cette indignation est-elle condamnée à s’essouffler ou peut-elle se transformer en un projet de société ?

14,22 €
14,22 €

La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec ces déchets ?

Pour la filière nucléaire en France et beaucoup d’autres acteurs, son enfouissement à 500 mètres de profondeur à Bure est la meilleure solution. Personne ne nie la nécessité de traiter les déchets nucléaires. Ce projet rationnellement mené depuis plus de vingt ans n’est cependant pas consensuel. Bien au contraire, il a créé de la part des opposants à ce projet des affinités électives contre le projet entre des acteurs très différents : de l’agriculteur aux ZADistes en passant par l’Église catholique. Le projet avance (difficilement) et la critique des opposants s’est transformée en une véritable indignation contre le projet et ses promoteurs. Cette indignation est-elle condamnée à s’essouffler ou peut-elle se transformer en un projet de société ?

11,37 €
11,37 €
18,96 €
<p style="margin-bottom:0cm;">Les conceptions de la critique et de...
8,53 €
<p style="margin-bottom:0cm;">Les conceptions de la critique et de...
<p>La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en...
<p>La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en...
<p>La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec...
<p>La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec...