Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du néolibéralisme. Le néolibéralisme a été beaucoup plus qu’une période de l’épanouissement du capitalisme, de l’individualisation, de la marchandisation, de la globalisation et de la mise en concurrence forcées. La victoire du néolibéralisme dans les années 1980-1990 a été aussi annoncée comme la victoire définitive de la liberté et de la démocratie. Cependant, la liberté gagnée s’est orientée bien souvent plus vers la liberté de consommer que vers l’engagement politique. La vie politique se dessèche et les instances qui ont porté la démocratie représentative, surtout les parlements et les partis politiques, déclinent au profit de la gouvernance. En revanche, cette période a également connu de grandes mobilisations dans l’espace public, des « mouvements », qui réclament et pratiquent en leur sein une autre, une nouvelle démocratie qu’ils considèrent comme la « vraie démocratie ». Néanmoins, les individus savent qu’ils sont impuissants et les objets de forces hétéronomes qui les font agir.

Table des matières

Préface 5

Question de démocratie 9

… encore la démocratie ? 11

Le crépuscule ou l’aube de la démocratie ? 14

Crise de la démocratie ? 19

Pourquoi la démocratie ? 23

De la constitution de la démos-cratie 24

Contre l’utopie : l’imagination 31

Démocratie comme forme de vie et organisation de la liberté 33

Espace public, critique publique et démos 39

La démocratie possible 41

Subjectivités démocratiques ? 43

Subjectivité et démocratie 47

La démos-cratie : un drame public 51

Démos 55

La démocratie : l’organisation de la liberté ? 58

Opinions sur la démocratie  61

L’image de la France : entre déclin, résignation et révolte 62

L’image de la démocratie en France : mépris et méfiance 70

Quand le démos s’en mêle 75

Le crépuscule de la démocratie ? 79

Les acteurs institutionnels 85

Ouvertures ? 89

Quel avenir ? 90

La démocratie sous tension 93

Quelle crise ? 94

Mouvement dans la démocratie 99

Le débat académique 102

Les mots et leurs sens 107

Critique et agir politique 111

Malaise dans la démocratie 119

Malaise 120

Le temps des grenouilles et de leur roi 126

L’impuissance, l’avenir et le malaise 129

Le capitalisme populaire et la fin de la démocratie ? 132

Impuissance et malaise dans la démocratie 136

Démocratie participative entre empowerment et institution 141

L’ère de la participation ? 142

La démocratie participative descendante à Lanester 151

Au-delà du communisme municipal  152

De LNC à la mairie 154

La vision de la démocratie participative 156

Émergence de Lanester participative 159

Continuités 161

La ville vue par l’équipe municipale 162

Conception de la démocratie participative : un management public comme « work in progress » 164

Qui participe à la démocratie participative ? 171

Vision du monde et raisons d’agir 173

Démocratie participative comme socialisation 176

2020 : passer le flambeau – les élections municipales ou le début de la fin de la démocratie participative ? 178

La démocratie participative lanestérienne 182

20 ans après 183

Que reste-t-il de la démocratie participative ? 185

Municipalisme : l’alternative à la démocratie parlementaire et participative ? 189

Municipalisme contemporain : une nébuleuse 190

Références et exemples 195

La leçon de Saillans 197

L’expérience municipaliste de Saillans 199

Gouverner la ville 201

Le démos contre le municipalisme ? 205

Saint-Senoux : Saillans breizh ? 207

Une nouvelle donne ? 210

Participer à Saillans, Saint-Senoux et à Lanester 214

Les listes citoyennes en France en 2020 : power to the people ? 216

Listes citoyennes ? 218

La renaissance de la démocratie municipale ? 226

L’ouverture d’une brèche ? 229

Se retirer, s’autonomiser et s’autogérer ? 231

Tous des décrocheurs ? 231

La commune de Bure 236

La mouvance 237

Bure : histoire 244

S’auto-organiser dans la lutte 245

Acceptabilité, débats publics et pas de démocratie 247

Le retrait apolitique ? 251

Une autre démocratie ? 253

Mobilisations démocratiques : réchauffer les eaux glacées 260

Critiquer et pratiquer la démocratie 263

À chacun sa démocratie (locale) ? 266

Vers une démocratie plurielle ou vers une pluralité 

de démocraties ? 268

À quelle fin faire converger ou fédérer les luttes ? 269

Ouvertures 272

Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du néolibéralisme. Le néolibéralisme a été beaucoup plus qu’une période de l’épanouissement du capitalisme, de l’individualisation, de la marchandisation, de la globalisation et de la mise en concurrence forcées. La victoire du néolibéralisme dans les années 1980-1990 a été aussi annoncée comme la victoire définitive de la liberté et de la démocratie. Cependant, la liberté gagnée s’est orientée bien souvent plus vers la liberté de consommer que vers l’engagement politique. La vie politique se dessèche et les instances qui ont porté la démocratie représentative, surtout les parlements et les partis politiques, déclinent au profit de la gouvernance. En revanche, cette période a également connu de grandes mobilisations dans l’espace public, des « mouvements », qui réclament et pratiquent en leur sein une autre, une nouvelle démocratie qu’ils considèrent comme la « vraie démocratie ». Néanmoins, les individus savent qu’ils sont impuissants et les objets de forces hétéronomes qui les font agir.

11,37 €
11,37 €

Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du néolibéralisme. Le néolibéralisme a été beaucoup plus qu’une période de l’épanouissement du capitalisme, de l’individualisation, de la marchandisation, de la globalisation et de la mise en concurrence forcées. La victoire du néolibéralisme dans les années 1980-1990 a été aussi annoncée comme la victoire définitive de la liberté et de la démocratie. Cependant, la liberté gagnée s’est orientée bien souvent plus vers la liberté de consommer que vers l’engagement politique. La vie politique se dessèche et les instances qui ont porté la démocratie représentative, surtout les parlements et les partis politiques, déclinent au profit de la gouvernance. En revanche, cette période a également connu de grandes mobilisations dans l’espace public, des « mouvements », qui réclament et pratiquent en leur sein une autre, une nouvelle démocratie qu’ils considèrent comme la « vraie démocratie ». Néanmoins, les individus savent qu’ils sont impuissants et les objets de forces hétéronomes qui les font agir.

Table des matières

Préface 5

Question de démocratie 9

… encore la démocratie ? 11

Le crépuscule ou l’aube de la démocratie ? 14

Crise de la démocratie ? 19

Pourquoi la démocratie ? 23

De la constitution de la démos-cratie 24

Contre l’utopie : l’imagination 31

Démocratie comme forme de vie et organisation de la liberté 33

Espace public, critique publique et démos 39

La démocratie possible 41

Subjectivités démocratiques ? 43

Subjectivité et démocratie 47

La démos-cratie : un drame public 51

Démos 55

La démocratie : l’organisation de la liberté ? 58

Opinions sur la démocratie  61

L’image de la France : entre déclin, résignation et révolte 62

L’image de la démocratie en France : mépris et méfiance 70

Quand le démos s’en mêle 75

Le crépuscule de la démocratie ? 79

Les acteurs institutionnels 85

Ouvertures ? 89

Quel avenir ? 90

La démocratie sous tension 93

Quelle crise ? 94

Mouvement dans la démocratie 99

Le débat académique 102

Les mots et leurs sens 107

Critique et agir politique 111

Malaise dans la démocratie 119

Malaise 120

Le temps des grenouilles et de leur roi 126

L’impuissance, l’avenir et le malaise 129

Le capitalisme populaire et la fin de la démocratie ? 132

Impuissance et malaise dans la démocratie 136

Démocratie participative entre empowerment et institution 141

L’ère de la participation ? 142

La démocratie participative descendante à Lanester 151

Au-delà du communisme municipal  152

De LNC à la mairie 154

La vision de la démocratie participative 156

Émergence de Lanester participative 159

Continuités 161

La ville vue par l’équipe municipale 162

Conception de la démocratie participative : un management public comme « work in progress » 164

Qui participe à la démocratie participative ? 171

Vision du monde et raisons d’agir 173

Démocratie participative comme socialisation 176

2020 : passer le flambeau – les élections municipales ou le début de la fin de la démocratie participative ? 178

La démocratie participative lanestérienne 182

20 ans après 183

Que reste-t-il de la démocratie participative ? 185

Municipalisme : l’alternative à la démocratie parlementaire et participative ? 189

Municipalisme contemporain : une nébuleuse 190

Références et exemples 195

La leçon de Saillans 197

L’expérience municipaliste de Saillans 199

Gouverner la ville 201

Le démos contre le municipalisme ? 205

Saint-Senoux : Saillans breizh ? 207

Une nouvelle donne ? 210

Participer à Saillans, Saint-Senoux et à Lanester 214

Les listes citoyennes en France en 2020 : power to the people ? 216

Listes citoyennes ? 218

La renaissance de la démocratie municipale ? 226

L’ouverture d’une brèche ? 229

Se retirer, s’autonomiser et s’autogérer ? 231

Tous des décrocheurs ? 231

La commune de Bure 236

La mouvance 237

Bure : histoire 244

S’auto-organiser dans la lutte 245

Acceptabilité, débats publics et pas de démocratie 247

Le retrait apolitique ? 251

Une autre démocratie ? 253

Mobilisations démocratiques : réchauffer les eaux glacées 260

Critiquer et pratiquer la démocratie 263

À chacun sa démocratie (locale) ? 266

Vers une démocratie plurielle ou vers une pluralité 

de démocraties ? 268

À quelle fin faire converger ou fédérer les luttes ? 269

Ouvertures 272

Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du néolibéralisme. Le néolibéralisme a été beaucoup plus qu’une période de l’épanouissement du capitalisme, de l’individualisation, de la marchandisation, de la globalisation et de la mise en concurrence forcées. La victoire du néolibéralisme dans les années 1980-1990 a été aussi annoncée comme la victoire définitive de la liberté et de la démocratie. Cependant, la liberté gagnée s’est orientée bien souvent plus vers la liberté de consommer que vers l’engagement politique. La vie politique se dessèche et les instances qui ont porté la démocratie représentative, surtout les parlements et les partis politiques, déclinent au profit de la gouvernance. En revanche, cette période a également connu de grandes mobilisations dans l’espace public, des « mouvements », qui réclament et pratiquent en leur sein une autre, une nouvelle démocratie qu’ils considèrent comme la « vraie démocratie ». Néanmoins, les individus savent qu’ils sont impuissants et les objets de forces hétéronomes qui les font agir.

14,22 €
14,22 €

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge à ce livre.

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

La situation sociale est très tendue et contradictoire ; les sujets en souffrent. On est à la fois en présence de nombreux mouvements qui émettent des critiques publiques nombreuses et souvent radicales, mais aussi d’un fatalisme profond et de beaucoup d’efforts pour s’intégrer dans la société. 

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge non seulement pour comprendre le potentiel de dépassement de cette situation, mais également ce qui l’empêche.

Jan Spurk est professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes, Faculté SHS – Sorbonne, et auteur de nombreux ouvrages dont Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération, Le Bord de l’Eau, Lormont, 2016 ; Au-delà de la crise ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2016 ; Les limites de l’indignation ou la révolution commence-t-elle à Bure ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2017 ; Sociologues dans la cité, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018.

11,37 €
11,37 €

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge à ce livre.

Les conceptions de la critique et de l’émancipation d’Adorno servent à l’auteur de base pour mieux comprendre la situation sociale contemporaine, surtout en France, et ses avenirs possibles, sans se perdre dans une exégèse des théories de Theodor W. Adorno,.

La situation sociale est très tendue et contradictoire ; les sujets en souffrent. On est à la fois en présence de nombreux mouvements qui émettent des critiques publiques nombreuses et souvent radicales, mais aussi d’un fatalisme profond et de beaucoup d’efforts pour s’intégrer dans la société. 

Le potentiel pour s’émanciper de cette société qui fait souffrir beaucoup de sujets existe mais l’émancipation n’est pas inéluctable. La prolongation de la situation actuelle grâce à quelques réformes est également possible. Les avenirs possibles ne se réduisent pas à l’alternative « s’adapter à l’avenir imposé par le marché » ou « attendre des lendemains qui chantent ». Les arguments d’Adorno et ceux d’autres critiques servent de fil rouge non seulement pour comprendre le potentiel de dépassement de cette situation, mais également ce qui l’empêche.

Jan Spurk est professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes, Faculté SHS – Sorbonne, et auteur de nombreux ouvrages dont Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération, Le Bord de l’Eau, Lormont, 2016 ; Au-delà de la crise ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2016 ; Les limites de l’indignation ou la révolution commence-t-elle à Bure ?, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2017 ; Sociologues dans la cité, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2018.

8,53 €
8,53 €

La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en fait partie. Elle contribue à la compréhension, à l’explication, ainsi qu’à la critique du monde au sein duquel nous vivons. Elle n’a rien d’un exercice académique ; elle est constituée d’interventions dans la cité.

Prendre la parole, même devant le public très restreint d’une petite réunion, est une intervention dans la cité. Une prise de position publique n’est jamais neutre. Elle engage son auteur et son public. Elle est toujours normativement orientée, une orientation que les théories critiques revendiquent et formulent explicitement : vivre dans une société plus juste, plus libre et plus raisonnable que la nôtre.

Jan Spurk, professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’université Paris Descartes. Auteur de nombreux ouvrages dont Malaise dans la société. Soumission et résistance ; Avenirs possibles. Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants ; Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération ; Au-delà de la crise et Les limites de l’indignation.

14,22 €
14,22 €

La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en fait partie. Elle contribue à la compréhension, à l’explication, ainsi qu’à la critique du monde au sein duquel nous vivons. Elle n’a rien d’un exercice académique ; elle est constituée d’interventions dans la cité.

Prendre la parole, même devant le public très restreint d’une petite réunion, est une intervention dans la cité. Une prise de position publique n’est jamais neutre. Elle engage son auteur et son public. Elle est toujours normativement orientée, une orientation que les théories critiques revendiquent et formulent explicitement : vivre dans une société plus juste, plus libre et plus raisonnable que la nôtre.

Jan Spurk, professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’université Paris Descartes. Auteur de nombreux ouvrages dont Malaise dans la société. Soumission et résistance ; Avenirs possibles. Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants ; Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération ; Au-delà de la crise et Les limites de l’indignation.

11,37 €
11,37 €

La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec ces déchets ?

Pour la filière nucléaire en France et beaucoup d’autres acteurs, son enfouissement à 500 mètres de profondeur à Bure est la meilleure solution. Personne ne nie la nécessité de traiter les déchets nucléaires. Ce projet rationnellement mené depuis plus de vingt ans n’est cependant pas consensuel. Bien au contraire, il a créé de la part des opposants à ce projet des affinités électives contre le projet entre des acteurs très différents : de l’agriculteur aux ZADistes en passant par l’Église catholique. Le projet avance (difficilement) et la critique des opposants s’est transformée en une véritable indignation contre le projet et ses promoteurs. Cette indignation est-elle condamnée à s’essouffler ou peut-elle se transformer en un projet de société ?

14,22 €
14,22 €

La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec ces déchets ?

Pour la filière nucléaire en France et beaucoup d’autres acteurs, son enfouissement à 500 mètres de profondeur à Bure est la meilleure solution. Personne ne nie la nécessité de traiter les déchets nucléaires. Ce projet rationnellement mené depuis plus de vingt ans n’est cependant pas consensuel. Bien au contraire, il a créé de la part des opposants à ce projet des affinités électives contre le projet entre des acteurs très différents : de l’agriculteur aux ZADistes en passant par l’Église catholique. Le projet avance (difficilement) et la critique des opposants s’est transformée en une véritable indignation contre le projet et ses promoteurs. Cette indignation est-elle condamnée à s’essouffler ou peut-elle se transformer en un projet de société ?

11,37 €
11,37 €
18,96 €
<p>Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du...
<p>Nous vivons une période assez curieuse qui annonce la fin du...
<p style="margin-bottom:0cm;">Les conceptions de la critique et de...
8,53 €
<p style="margin-bottom:0cm;">Les conceptions de la critique et de...
<p>La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en...
<p>La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en...
<p>La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec...
<p>La masse de déchets nucléaires ne cesse d’augmenter. Que faire avec...