Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Filtres actifs

En Grèce se joue aujourd'hui une bataille politique cruciale pour l'avenir de l'Europe. Depuis la victoire électorale de Syriza le 25 janvier 2015 a lieu une tentative inédite pour rompre avec la politique économique néolibérale de l'Union européenne et sortir du carcan mortifère de l'austérité. 

En Grèce se joue aujourd'hui une bataille politique cruciale pour l'avenir de l'Europe. Depuis la victoire électorale de Syriza le 25 janvier 2015 a lieu une tentative inédite pour rompre avec la politique économique néolibérale de l'Union européenne et sortir du carcan mortifère de l'austérité. Les négociations avec l'Eurogroupe et le bras de fer avec la Troïka ont conduit cet été à deux événements politique majeurs : la victoire du non au référendum en Grèce, puis la signature par le gouvernement grec, sous la pression économique et politique des institutions européennes, d'un troisième Mémorandum. Les réussites et les échecs de cette expérience grecque, ses enseignements pour la gauche de transformation sociale, les nouvelles perspectives internationalistes qu'elles rendent possibles, sont désormais en discussion dans tous les pays européens et particulièrement en France.

Les auteurs, Étienne Balibar, Frédéric Boccara, Thomas Coutrot, Alexis Cukier, Cedric Durand, Michel Husson, Pierre Khalfa, Sandro Mezzadra, Catherine Samary et Frieder Otto agissent à des titres et en des lieux divers pour soutenir le peuple grec

5,69 €
5,69 €

L'écologie d'aujourd'hui est plurielle. Mais quels sont les véritables clivages qui se cachent derrière la valse des étiquettes, entre décroissance, écosocialisme, buen vivir, croissance verte ou développement humain durable ?

L'écologie, combien de divisions ?

L'écologie d'aujourd'hui est plurielle. Mais quels sont les véritables clivages qui se cachent derrière la valse des étiquettes, entre décroissance, écosocialisme, buen vivir, croissance verte ou développement humain durable ?

Face à ces différentes approches, les enjeux liés à l'urgence écologique sont toutefois les mêmes : réchauffement climatique, épuisement des énergies fossiles, risque nucléaire, stérilisation des sols, pollutions et impacts sur la santé, réduction de la biodiversité, accroissement des inégalités.

Les divergences d'analyse entre les grands acteurs de l'écologie politique sont-elles un obstacle à la sortie de crise ? Des facteurs de division stérile ou au contraire des vecteurs de démocratie féconds ? En quoi dessinent-elles les contours de différents modèles de « transition écologique » ?

Les auteurs de cet ouvrage confrontent les points de vue existants et reviennent sur les grandes questions qui traversent l'écologie politique aujourd'hui : le rapport au marché et au secteur privé, les questions d'emploi et d'activité, l'approche par la consommation ou la production, la place de la science, et enfin l'articulation entre Europe, État et décentralisation.

5,69 €
5,69 €

L'héritage a toujours constitué un moyen au service de la reproduction des élites.

L'héritage a toujours constitué un moyen au service de la reproduction des élites.

Dès le dix-neuvième siècle, les divers courants socialistes ont contesté l'héritage de manière plus ou moins radicale, alors que les milieux conservateurs refusaient d'y toucher, refusant toute atteinte au patrimoine et le risque selon eux d'une fragmentation du capital.

Aux États-Unis, au contraire, ce qui subsiste de l'esprit égalitaire des pionniers a conduit, notamment au cours des crises économiques, à taxer lourdement les successions.

Qu'en est-il aujourd'hui ? En France, la question semble avoir disparu de l'agenda des partis politiques. Pourtant, les critiques demeurent. L'auteur de ce livre plaide pour la suppression de l'héritage dans un dialogue avec deux amis francs-maçons. Ce qui lui permet aussi, avec humour, de lever le voile sur quelques solides traditions de ce mouvement.

Arno Lafaye-Moses est le pseudonyme d'un haut fonctionnaire

5,69 €
5,69 €

Avec la dérèglementation du capitalisme, l’économie, le social et l’environnement ont été progressivement relégués au rang d’auxiliaires du système financier. La cupidité et la recherche du profit ont pris le pas sur le désir de satisfaire les besoins humains, pourtant toujours aussi nombreux à l’échelle de la planète.

Avec la dérèglementation du capitalisme, l’économie, le social et l’environnement ont été progressivement relégués au rang d’auxiliaires du système financier. La cupidité et la recherche du profit ont pris le pas sur le désir de satisfaire les besoins humains, pourtant toujours aussi nombreux à l’échelle de la planète.

L’objet de la finance solidaire est de prévenir les dégâts ainsi générés à travers de nouvelles relations non lucratives entre les personnes, les banques, les entreprises, les associations et l’administration.

L’auteur montre que la généralisation d’une autre finance ne pourra cependant pas se réaliser pleinement au sein du capitalisme actuel. Elle suppose en effet la refondation complète de ses principales institutions : banques, entreprises, marchés et droits issus de la propriété. À défaut de cette refondation, les rapports sociaux propres à la domination de la finance se reconstitueront en permanence dans la vie économique et sociale, et parasiteront toute tentative de « financer, produire et consommer autrement ».

 

Daniel Bachet a été directeur du département « Entre­prise » au Centre d’études des systèmes et des techno­logies avancées (CESTA), puis chargé de mission au Commissariat général du plan. Il est aujourd’hui professeur de sociologie à l’université d’Évry et chercheur au Centre Pierre Naville. Il est l’auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages sur l’entre­prise et le travail.  

 

14,22 €
14,22 €

Après le coup de force orchestré en 2015 par les institutions et les dirigeants européens contre le choix démocratique exprimé du peuple grec, l’Europe nous apparaît de plus en plus comme un véritable casse-tête. Que peut-on apprendre des événements qui ont secoué l’Europe dans la dernière période ? Quelles stratégies adopter ? Quels types de programmes, quelles propositions concrètes la gauche radicale d’Europe peut-elle avancer ?

 

Le casse-tête européen

 

Après le coup de force orchestré en 2015 par les institutions et les dirigeants européens contre le choix démocratique exprimé du peuple grec, l’Europe nous apparaît de plus en plus comme un véritable casse-tête. Que peut-on apprendre des événements qui ont secoué l’Europe dans la dernière période ? Quelles stratégies adopter ? Quels types de programmes, quelles propositions concrètes la gauche radicale d’Europe peut-elle avancer ?

La crise économique et financière a mis l’importance de l’industrie et de l’emploi au cœur des débats politiques. Comment penser la renaissance d’une politique industrielle à l’échelle européenne avec une reconstruction « productive » soutenable, respectueuse des êtres humains, de l’environnement et de l’avenir de la planète ? Comment modifier les rapports de force à l’échelle européenne, construire à travers la diversité des pays, un mouvement porteur d’une autre Europe ? Le casse-tête européen est la version française d’un ouvrage édité en plusieurs langues par le réseau européen de fondations et d’instituts de recherche politique transform! Europe.

 

Transform! Europe est un réseau de 28 organisations de 19 pays européens qui joue le rôle de fondation au Parti de la Gauche Européenne.

www.transform-network.net

14,22 €
14,22 €

Paris, juin 1848. La révolution gronde dans les rues de la capitale. Partout, des barricades sont dressées. L’une d’elle, rue du Faubourg-du-Temple, va accompagner l’avènement du photo-journalisme. Dans l’éveil d’un petit matin parisien, trois forteresses obstruent une rue presque déserte. Une image aussi célèbre que méconnue. Due à un certain Thibault, elle montre une insurrection en acte. Qui en est l’auteur ? Et d’où vient ce mystérieux daguerréotype ?

Paris, juin 1848. La révolution gronde dans les rues de la capitale. Partout, des barricades sont dressées. L’une d’elle, rue du Faubourg-du-Temple, va accompagner l’avènement du photo-journalisme. Dans l’éveil d’un petit matin parisien, trois forteresses obstruent une rue presque déserte. Une image aussi célèbre que méconnue. Due à un certain Thibault, elle montre une insurrection en acte. Qui en est l’auteur ? Et d’où vient ce mystérieux daguerréotype ?

Cette enquête inédite nous plonge en fait dans la petite histoire d’un homme, là, dans la grande histoire de la République. Suffrage universel, soulèvements populaires, industrialisation de la presse et de l’art : en revenant sur les pas de cet étrange reportage, ce livre nous fait découvrir la naissance d’une culture visuelle. Celle dont dépend notre conception même de la représentation politique.

11,37 €
11,37 €

Depuis le début des années 1980, les démocraties et les organisations internationales ont modifié leur approche des populations défavorisées, revenant sur plus de deux siècles de développement et de mise en œuvre des idées progressistes de promotion sociale et d’accès à la citoyenneté. La notion de vulnérabilité est la pierre angulaire de ce changement. Désormais la guerre est déclarée non plus à la pauvreté mais aux pauvres, enrôlés dans ce combat contre eux-mêmes. Ils font l’objet de la vigilance des savants, de la sollicitude des experts et d’une surveillance continue des acteurs publics et ne sont plus traités comme des citoyens malheureux ou mal intégrés mais comme des incapables.

Depuis le début des années 1980, les démocraties et les organisations internationales ont modifié leur approche des populations défavorisées, revenant sur plus de deux siècles de développement et de mise en œuvre des idées progressistes de promotion sociale et d’accès à la citoyenneté. La notion de vulnérabilité est la pierre angulaire de ce changement. Désormais la guerre est déclarée non plus à la pauvreté mais aux pauvres, enrôlés dans ce combat contre eux-mêmes. Ils font l’objet de la vigilance des savants, de la sollicitude des experts et d’une surveillance continue des acteurs publics et ne sont plus traités comme des citoyens malheureux ou mal intégrés mais comme des incapables.
Cet ouvrage revient d’abord sur les fondements de cette révolution conceptuelle. Une archéologie des termes permet de comprendre comment ils se sont généralisés dans les discours publics depuis la fin du dernier millénaire. Puis il étudie les instruments de ce nouveau gouvernement des pauvres qui les coupe de l’exercice de leurs droits humains et de leurs libertés fondamentales. Comment ce remplacement de l’_égalité_ par l’_équité_, de la liberté par la dignité, de la fraternité par la responsabilité s’est-il opéré ? Sur quels principes juridiques fondamentaux et politiques contradictoires, néanmoins conciliés dans une nouvelle théorie sociale, s’appuie-t-il ? Enfin le livre met en lumière les effets de ces dispositifs d’urgence permanente sur l’existence des vulnérables assignés au rôle de victimes. Leur traitement qui combine protection rapprochée et contrôle à distance repose sur l’individualisation et la psychologisation de leur condition et en fait tantôt des martyrs médiatisés tantôt des cibles discrètes d’interventions bienfaisantes condamnées à la désubjectivation et au silence.

Hélène Thomas est professeur de science politique à Sciences Po Aix. Sociologue et psychanalyste, elle a déjà publié deux ouvrages de référence sur ce sujet : La production des exclus, Paris, PUF, 1997 (primé par l’Académie des sciences morales et politiques) et Vieillesse dépendante et désinsertion politique, Paris, L’Harmattan, 1996.
14,22 €
14,22 €

En Grèce se joue aujourd'hui une bataille politique cruciale pour l'avenir de l'Europe. Depuis la victoire électorale de Syriza le 25 janvier 2015 a lieu une tentative inédite pour rompre avec la politique économique néolibérale de l'Union européenne et sortir du carcan mortifère de l'austérité. 

Derniers articles en stock

L'écologie d'aujourd'hui est plurielle. Mais quels sont les véritables clivages qui se cachent derrière la valse des étiquettes, entre décroissance, écosocialisme, buen vivir, croissance verte ou développement humain durable ?

Derniers articles en stock

L'héritage a toujours constitué un moyen au service de la reproduction des élites.

Avec la dérèglementation du capitalisme, l’économie, le social et l’environnement ont été progressivement relégués au rang d’auxiliaires du système financier. La cupidité et la recherche du profit ont pris le pas sur le désir de satisfaire les besoins humains, pourtant toujours aussi nombreux à l’échelle de la planète.

Derniers articles en stock

Après le coup de force orchestré en 2015 par les institutions et les dirigeants européens contre le choix démocratique exprimé du peuple grec, l’Europe nous apparaît de plus en plus comme un véritable casse-tête. Que peut-on apprendre des événements qui ont secoué l’Europe dans la dernière période ? Quelles stratégies adopter ? Quels types de programmes, quelles propositions concrètes la gauche radicale d’Europe peut-elle avancer ?

Derniers articles en stock

Paris, juin 1848. La révolution gronde dans les rues de la capitale. Partout, des barricades sont dressées. L’une d’elle, rue du Faubourg-du-Temple, va accompagner l’avènement du photo-journalisme. Dans l’éveil d’un petit matin parisien, trois forteresses obstruent une rue presque déserte. Une image aussi célèbre que méconnue. Due à un certain Thibault, elle montre une insurrection en acte. Qui en est l’auteur ? Et d’où vient ce mystérieux daguerréotype ?

Depuis le début des années 1980, les démocraties et les organisations internationales ont modifié leur approche des populations défavorisées, revenant sur plus de deux siècles de développement et de mise en œuvre des idées progressistes de promotion sociale et d’accès à la citoyenneté. La notion de vulnérabilité est la pierre angulaire de ce changement. Désormais la guerre est déclarée non plus à la pauvreté mais aux pauvres, enrôlés dans ce combat contre eux-mêmes. Ils font l’objet de la vigilance des savants, de la sollicitude des experts et d’une surveillance continue des acteurs publics et ne sont plus traités comme des citoyens malheureux ou mal intégrés mais comme des incapables.