Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de la presse internationale pour son ampleur et pour la violence de la répression policière. De nombreux musiciens rock s’inscrivent rapidement dans ce mouvement contestataire contre la dictature. Cet engagement n’est pourtant pas nouveau : depuis quarante ans, des rockers biélorusses expriment leur opposition aux dominants du champ politique.

Comment se construit l’équivalence entre le rock et la contestation sous régime autoritaire ? À quel point répond-elle à la volonté d’engagement politique des musiciens ? De quelle manière le système autoritaire contribue-t-il à la politisation de la musique ? À partir d’une enquête ethnographique sur le rock biélorusse, l’ouvrage propose une analyse générale des logiques historiques et sociales de l’engagement politique des artistes, où s’articulent l’influence des traditions artistiques, les stratégies de concurrence et de distinction, l’enrôlement par les mouvements sociaux et les effets de censure. À travers l’histoire d’un mouvement artistique c’est aussi l’histoire sociale du Bélarus qui se découvre.

Table des matières

Préface

Translittération cyrillique – latin

Noms de groupes en biélorusse ou russe fréquemment cités et leur traduction

Introduction

Deux mouvements underground

Variation des logiques de la politisation

Première partie. La politisation en héritage. Le rock national au rythme des transformations (post-)soviétiques entre 1983 et 1995

Chapitre 1.  « Idéologiquement nuisible » ? Le rock (anti)soviétique entre hétérotopie et politisation

Rock russe –  dissident, non officiel, illégitime, underground ?

Un mouvement artistique en dehors ou à la marge du « système » ?

Le rock comme objet artistique illégitime

« Caractère textuel » du rock russe et mobilisation de symboles contestataires

Chapitre 2. Produit musical national. Le rock comme une forme moderne de la « biélorussité »

La « biélorussité » : instrument de distinction pour le rock national

Maria Paula Survilla désigne l’année 1986 comme le moment de l’émergence du mouvement musical qu’incarnerait le « rock biélorusse » :

Les conditions de l’émergence de la « biélorussité » dans le rock : rôle précurseur de deux VIA

… et l’influence des scènes de l’Europe centrale

La propagation des conventions : Mroja et Bonda

Chapitre 3. Le rock de la Renaissance nationale. La politisation sur fond de transformations politiques

Ce que chanter en biélorusse veut dire : statut incertain de la langue biélorusse entre usages admis et « non-conformistes »

Des groupes informels au Front populaire biélorusse – institutionnalisation et politisation du mouvement de la Renaissance nationale

Enrôlement du rock biélorusse par le mouvement de la Renaissance nationale

Chapitre 4. « Le rock contre les révolutions ». Légitimation et consensualisation du rock national

La fin de la biélorussité underground : la chute de l’URSS et l’officialisation relative de la Renaissance nationale 134

Le rock salue l’indépendance, le rock contre les révolutions : consensualisation sans dépolitisation 141

Difficultés d’adaptation au système de marché et nouvelle génération du rock biélorusse 144

Système de production artistique de marché et soutiens politiques, étatiques et entrepreneuriaux discrets 153

seconde partie. La contestation du régime autoritaire. Rock national et anarcho-punk DIY entre art et politique après 1995 163

Chapitre 5. « Merci Loukachenko ». Les transformations autoritaires comme déclencheur de la repolitisation contestataire 165

« Soviétisation symbolique », changements autoritaires et institutionnalisation de l’opposition 166

Un appel au passé soviétique propice à la (re)politisation contestataire 175

Le rock contestataire de nouveau en vogue 186

Galerie d’images 197

Chapitre 6. Underground à double-fond. Des professionnels consacrés aux amateurs militants 221

Le rock national – un underground contestataire professionnalisé ? 222

Anarcho-punk DIY : engagement radical et amateurisme revendiqué 243

Chapitre 7. « Les listes noires font des musiciens les stars ». La censure comme contrainte et comme ressource 263

Censure des concerts 265

Censure dans les médias 271

Censure indirecte : politique culturelle biaisée et pression en dehors de l’activité musicale 274

Tentatives de la cooptation du rock : deux exemples 280

Contournement et usages de la censure 286

Chapitre 8. « Le totalitarisme ne passera pas ». Le chant contestataire entre slogans politiques et expression artistique 295

Les messages politiques dans les textes, les images et la musique 296

Le concert comme scène de prises de position 314

Autres modes de prise de position : interventions dans les médias, système de production et diffusion, engagement auprès des mouvements politiques 320

L’attribution d’un caractère politique 329

Conclusion 335

Entretiens 339

Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de la presse internationale pour son ampleur et pour la violence de la répression policière. De nombreux musiciens rock s’inscrivent rapidement dans ce mouvement contestataire contre la dictature. Cet engagement n’est pourtant pas nouveau : depuis quarante ans, des rockers biélorusses expriment leur opposition aux dominants du champ politique.

Comment se construit l’équivalence entre le rock et la contestation sous régime autoritaire ? À quel point répond-elle à la volonté d’engagement politique des musiciens ? De quelle manière le système autoritaire contribue-t-il à la politisation de la musique ? À partir d’une enquête ethnographique sur le rock biélorusse, l’ouvrage propose une analyse générale des logiques historiques et sociales de l’engagement politique des artistes, où s’articulent l’influence des traditions artistiques, les stratégies de concurrence et de distinction, l’enrôlement par les mouvements sociaux et les effets de censure. À travers l’histoire d’un mouvement artistique c’est aussi l’histoire sociale du Bélarus qui se découvre : celle des luttes culturelles et oppositions politiques, révolutions démocratiques et tournants autoritaires, réinterprétations de l’histoire et bouleversements des hiérarchies artistiques. Plus généralement, l’enquête propose une réflexion sur le fonctionnement quotidien des régimes autoritaires et sur les stratégies de résistance.

15,17 €
15,17 €

Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de la presse internationale pour son ampleur et pour la violence de la répression policière. De nombreux musiciens rock s’inscrivent rapidement dans ce mouvement contestataire contre la dictature. Cet engagement n’est pourtant pas nouveau : depuis quarante ans, des rockers biélorusses expriment leur opposition aux dominants du champ politique.

Comment se construit l’équivalence entre le rock et la contestation sous régime autoritaire ? À quel point répond-elle à la volonté d’engagement politique des musiciens ? De quelle manière le système autoritaire contribue-t-il à la politisation de la musique ? À partir d’une enquête ethnographique sur le rock biélorusse, l’ouvrage propose une analyse générale des logiques historiques et sociales de l’engagement politique des artistes, où s’articulent l’influence des traditions artistiques, les stratégies de concurrence et de distinction, l’enrôlement par les mouvements sociaux et les effets de censure. À travers l’histoire d’un mouvement artistique c’est aussi l’histoire sociale du Bélarus qui se découvre.

Table des matières

Préface

Translittération cyrillique – latin

Noms de groupes en biélorusse ou russe fréquemment cités et leur traduction

Introduction

Deux mouvements underground

Variation des logiques de la politisation

Première partie. La politisation en héritage. Le rock national au rythme des transformations (post-)soviétiques entre 1983 et 1995

Chapitre 1.  « Idéologiquement nuisible » ? Le rock (anti)soviétique entre hétérotopie et politisation

Rock russe –  dissident, non officiel, illégitime, underground ?

Un mouvement artistique en dehors ou à la marge du « système » ?

Le rock comme objet artistique illégitime

« Caractère textuel » du rock russe et mobilisation de symboles contestataires

Chapitre 2. Produit musical national. Le rock comme une forme moderne de la « biélorussité »

La « biélorussité » : instrument de distinction pour le rock national

Maria Paula Survilla désigne l’année 1986 comme le moment de l’émergence du mouvement musical qu’incarnerait le « rock biélorusse » :

Les conditions de l’émergence de la « biélorussité » dans le rock : rôle précurseur de deux VIA

… et l’influence des scènes de l’Europe centrale

La propagation des conventions : Mroja et Bonda

Chapitre 3. Le rock de la Renaissance nationale. La politisation sur fond de transformations politiques

Ce que chanter en biélorusse veut dire : statut incertain de la langue biélorusse entre usages admis et « non-conformistes »

Des groupes informels au Front populaire biélorusse – institutionnalisation et politisation du mouvement de la Renaissance nationale

Enrôlement du rock biélorusse par le mouvement de la Renaissance nationale

Chapitre 4. « Le rock contre les révolutions ». Légitimation et consensualisation du rock national

La fin de la biélorussité underground : la chute de l’URSS et l’officialisation relative de la Renaissance nationale 134

Le rock salue l’indépendance, le rock contre les révolutions : consensualisation sans dépolitisation 141

Difficultés d’adaptation au système de marché et nouvelle génération du rock biélorusse 144

Système de production artistique de marché et soutiens politiques, étatiques et entrepreneuriaux discrets 153

seconde partie. La contestation du régime autoritaire. Rock national et anarcho-punk DIY entre art et politique après 1995 163

Chapitre 5. « Merci Loukachenko ». Les transformations autoritaires comme déclencheur de la repolitisation contestataire 165

« Soviétisation symbolique », changements autoritaires et institutionnalisation de l’opposition 166

Un appel au passé soviétique propice à la (re)politisation contestataire 175

Le rock contestataire de nouveau en vogue 186

Galerie d’images 197

Chapitre 6. Underground à double-fond. Des professionnels consacrés aux amateurs militants 221

Le rock national – un underground contestataire professionnalisé ? 222

Anarcho-punk DIY : engagement radical et amateurisme revendiqué 243

Chapitre 7. « Les listes noires font des musiciens les stars ». La censure comme contrainte et comme ressource 263

Censure des concerts 265

Censure dans les médias 271

Censure indirecte : politique culturelle biaisée et pression en dehors de l’activité musicale 274

Tentatives de la cooptation du rock : deux exemples 280

Contournement et usages de la censure 286

Chapitre 8. « Le totalitarisme ne passera pas ». Le chant contestataire entre slogans politiques et expression artistique 295

Les messages politiques dans les textes, les images et la musique 296

Le concert comme scène de prises de position 314

Autres modes de prise de position : interventions dans les médias, système de production et diffusion, engagement auprès des mouvements politiques 320

L’attribution d’un caractère politique 329

Conclusion 335

Entretiens 339

Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de la presse internationale pour son ampleur et pour la violence de la répression policière. De nombreux musiciens rock s’inscrivent rapidement dans ce mouvement contestataire contre la dictature. Cet engagement n’est pourtant pas nouveau : depuis quarante ans, des rockers biélorusses expriment leur opposition aux dominants du champ politique.

Comment se construit l’équivalence entre le rock et la contestation sous régime autoritaire ? À quel point répond-elle à la volonté d’engagement politique des musiciens ? De quelle manière le système autoritaire contribue-t-il à la politisation de la musique ? À partir d’une enquête ethnographique sur le rock biélorusse, l’ouvrage propose une analyse générale des logiques historiques et sociales de l’engagement politique des artistes, où s’articulent l’influence des traditions artistiques, les stratégies de concurrence et de distinction, l’enrôlement par les mouvements sociaux et les effets de censure. À travers l’histoire d’un mouvement artistique c’est aussi l’histoire sociale du Bélarus qui se découvre : celle des luttes culturelles et oppositions politiques, révolutions démocratiques et tournants autoritaires, réinterprétations de l’histoire et bouleversements des hiérarchies artistiques. Plus généralement, l’enquête propose une réflexion sur le fonctionnement quotidien des régimes autoritaires et sur les stratégies de résistance.

18,96 €
18,96 €
<p>Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de...
<p>Le mouvement social qui a secoué le Bélarus en 2020 a fait la une de...