Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

.

La Nouvelle Guerre froide

22,75 €

Avec l’invasion russe de l’Ukraine en 2022 et la dégradation des relations entre les États-Unis et la Chine, le constat d’une nouvelle guerre froide est devenu un lieu commun. En fait, affirme Gilbert Achcar, cette nouvelle guerre froide est en cours depuis la fin du siècle dernier.

En s’efforçant de consolider sa position hégémonique après la fin de l’URSS, Washington s’est aliéné la Russie et la Chine, poussant les deux pays à se rapprocher. L’ascension de Vladimir Poutine et la réinvention impérialiste de la Russie, ainsi que l’ascension de Xi Jinping et la dérive répressive du pouvoir chinois, se sont conjuguées avec l’exacerbation des tensions autour de l’Ukraine et de Taiwan.

Un autre monde, plus pacifique, était-il possible ? Dans cet ouvrage essentiel traduit de l’anglais, l’auteur, spécialiste reconnu des relations internationales, soutient que ce n’est qu’en comprenant comment nous en sommes arrivés là que nous pouvons commencer à imaginer les contours d’un autre monde.

Quantité

Achcar est professeur en relations internationales et études du développement à l’École des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres. Originaire du Liban, il a été enseignant à l’université de Paris-8 et chercheur au Centre Marc Bloch de Berlin avant de s’établir à Londres en 2007. Il est l’auteur de nombreux ouvrages traduits dans plusieurs langues, parmi lesquels en édition française : Le Choc des barbaries (2002, 2004, 2017), La Poudrière du Moyen-Orient avec Noam Chomsky (2007), Les Arabes et la Shoah (2009) et Le Peuple veut (2013).

Livre
9782365124171

Fiche technique

Nombre de pages
360
Auteur
Achcar Gilbert
Collection
Hors collection

Références spécifiques

Dans les États-Unis de l’après-guerre, l’utilisation des dépenses militaires publiques pour maintenir le dynamisme économique est devenue un instrument majeur de l’intervention étatique très visible dans la patrie par excellence de la mythique « main invisible » et du « marché libre ». L’accoutumance américaine à l’économie de guerre permanente, et son principal bénéficiaire, le CMI (complexe militaro-industriel), allaient peser lourdement dans la détermination des choix de l’élite américaine du pouvoir après la Guerre froide, examinés dans les chapitres qui suivent.

Le CMI de l’URSS était encore plus important par rapport à l’économie du pays, puisqu’il était contraint de rivaliser en préparatifs de guerre avec son adversaire beaucoup plus riche. Le CMI a rapidement émergé du chaos initial de l’après-guerre froide en Russie comme le principal, sinon le seul, secteur manufacturier hérité de la défunte Union soviétique pour lequel il y avait des acheteurs disponibles et un marché captif à l’exportation. La centralité du CMI est devenue encore plus grande dans l’économie russe post-soviétique qu’elle ne l’avait été dans celle de l’URSS, non seulement parce que la première est considérablement diminuée par rapport à la seconde, mais aussi parce que la puissance militaire est devenue le principal vecteur de l’influence politique de la Russie à l’étranger, et en particulier de son opposition à la domination écrasante des États-Unis. En revanche, l’URSS, comme la Chine aujourd’hui, avait également fait un usage intensif de sa puissance économique, ainsi que de l’attrait idéologique (« soft power ») dont elle a joui jusqu’à sa dernière décennie.

Arrivée tardivement dans la course, la Chine était inévitablement motivée à construire son propre CMI par le sentiment légitime que la suprématie américaine faisait obstacle à son ascension au premier rang des puissances mondiales – comme l’a manifesté, par exemple, son exclusion du G7 malgré la taille de son économie, tandis que la Russie y avait été incluse en 1997 et jusqu’à la crise ukrainienne de 2014, période durant laquelle le groupe fut appelé G8.

Voilà, en quelques mots, les ingrédients de base de la dynamique qui a produit une nouvelle guerre froide mondiale quelques années seulement après la fin de l’ancienne. Les éléments de la Nouvelle Guerre froide se sont mis en place au cours de la première décennie qui a suivi la première Guerre froide. Comme les chapitres qui suivent devraient le montrer – et comme déterminé évidemment par l’énorme fossé qui exista pendant ce « moment unipolaire » fatidique entre la puissance et la richesse des États-Unis et celles de ses deux rivaux potentiels au niveau mondial, la Chine et la Russie — la responsabilité principale, et de loin, du triste état des relations internationales qui allait se développer par la suite au 21e siècle incombe à la seule superpuissance restée en lice à la fin de la Guerre froide, celle qui garda le pouvoir exclusif de « façonner l’environnement de la sécurité internationale » comme s’en vantaient ses documents stratégiques à cette époque. Ce livre explore la transition de la Guerre froide à la Nouvelle Guerre froide, et l’évolution de cette dernière jusqu’à la guerre d’Ukraine de 2022.

Appréciation sur le livre figurant sur le site qui lui est consacré en anglais :

Érudite et incisive, cette étude magistrale de la Nouvelle Guerre froide – réalisée par le chercheur qui l’a identifiée et étudiée pour la première fois – est un guide indispensable pour comprendre le désordre mondial actuel et ses sinistres présages.

Noam Chomsky

Le livre de Gilbert Achcar ne réjouira personne et c’est bien pourquoi il vaut la peine d’être lu (en plus d’être écrit très clairement) ... ce livre vaut vraiment la peine d’être lu.

Branko Milanovic

Cet ouvrage arrive parfaitement au bon moment pour disséquer la nouvelle étape du conflit. Quiconque souhaite aller au-delà de la rhétorique et des slogans complaisants ne saurait se permettre de manquer ce livre essentiel.

Samuel Moyn

Dans l'Humanité du 3 janvier 2024

Vous pouvez aussi vous procurer la version numérique

Avec l’invasion russe de l’Ukraine en 2022 et la dégradation des relations entre les États-Unis et la Chine, le constat d’une nouvelle guerre froide est devenu un lieu commun. En fait, affirme Gilbert Achcar, cette nouvelle guerre froide est en cours depuis la fin du siècle dernier.

En s’efforçant de consolider sa position hégémonique après la fin de l’URSS, Washington s’est aliéné la Russie et la Chine, poussant les deux pays à se rapprocher. L’ascension de Vladimir Poutine et la réinvention impérialiste de la Russie, ainsi que l’ascension de Xi Jinping et la dérive répressive du pouvoir chinois, se sont conjuguées avec l’exacerbation des tensions autour de l’Ukraine et de Taiwan.

Un autre monde, plus pacifique, était-il possible ? Dans cet ouvrage essentiel traduit de l’anglais, l’auteur, spécialiste reconnu des relations internationales, soutient que ce n’est qu’en comprenant comment nous en sommes arrivés là que nous pouvons commencer à imaginer les contours d’un autre monde.

Gilbert Achcar est professeur en relations internationales et études du développement à l’École des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres. Originaire du Liban, il a été enseignant à l’université de Paris-8 et chercheur au Centre Marc Bloch de Berlin avant de s’établir à Londres en 2007. Il est l’auteur de nombreux ouvrages traduits dans plusieurs langues, parmi lesquels en édition française : Le Choc des barbaries (2002, 2004, 2017), La Poudrière du Moyen-Orient avec Noam Chomsky (2007), Les Arabes et la Shoah (2009) et Le Peuple veut (2013).

18,96 €
18,96 €

Dans la même catégorie