Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

.

PDF Manifeste pour une civilisation démocratique (volume 2). CAPITALISME L'âge des dieux sans masque et des rois nus

11,37 €

Ce livre est le volume II de la série d'ouvrages écrits par Abdulah Ôcalan dans la prison où le pouvoir autoritaire turc l'a mis à l'isolement. Voici le début de son texte :

Pour me défendre contre le système capitaliste, il faut que je commence par me libérer de ses formatages mentaux. Si nous voulons nous libérer du capitalisme, nous devons cesser de le vénérer comme le Veau d’Or car, ne vous y trompez pas, tout comme un musulman doit s’exclamer Bismillah! (« Au nom de Dieu ! ») avant d’entreprendre quoi que ce soit, le capitalisme nous impose ses propres règles sacrées.

Quantité

facebook twitter flickr flickr

Table des matières

Préface 9

Introduction 21

Première partie

Les facteurs de la naissance du capitalisme 35

I. Rationalisme 39

II. Économisme  64

III. Relation du capitalisme avec le pouvoir politique et le droit 84

IV. L’espace du capitalisme 98

V. Civilisations socio-historiques et capitalisme 111

Deuxième partie

Le capitalisme, ennemi de l’économie 131

I. Le capitalisme n’est pas économie mais pouvoir 139

II. Pourquoi le capitalisme est anti-économie 145

III. Le capitalisme dans son rapport avec la société, la civilisation et l’histoire 151

IV. La situation en Europe à la naissance du capitalisme 190

Troisième partie

Le Léviathan moderne : l’État-nation. La descente de Dieu sur terre 195

I. Le phénomène de la nation et son développement 201

II. Définir l’État 205

III. L’idéologie de la civilisation capitaliste et sa transformation en religion 216

IV. À la mémoire des victimes du génocide juif 226

V. Le pouvoir dans la modernité capitaliste 240

VI. Modernité capitaliste et État-nation 249

Quatrième partie

Le temps de la modernité capitaliste 275

I. Le capitalisme marchand monopoliste 279

II. Révolution industrielle et ère de l’industrialisme 287

III. L’ère de la finance – L’empire de l’ argent 304

Conclusion 325

Ce livre est le volume II de la série d'ouvrages écrits par Abdulah Ôcalan dans la prison où le pouvoir autoritaire turc l'a mis à l'isolement. Voici le début de son texte :

Pour me défendre contre le système capitaliste, il faut que je commence par me libérer de ses formatages mentaux. Si nous voulons nous libérer du capitalisme, nous devons cesser de le vénérer comme le Veau d’Or car, ne vous y trompez pas, tout comme un musulman doit s’exclamer Bismillah! (« Au nom de Dieu ! ») avant d’entreprendre quoi que ce soit, le capitalisme nous impose ses propres règles sacrées.

La première règle sacrée imposée par le capitalisme est la « méthode scientifique ». Cette méthode n’est pas la « morale de liberté » - indispensable à l’existence de la société humaine - passée au filtre de la vie sociale. Au contraire, il s’agit d’une culture matérielle et mentale qui produit la servitude la plus avancée ; qui, précisément parce qu’elle nie la vie sociale, mène la société vers la dégénérescence et la décomposition. 

Mon argument fondamental pour tenter de me libérer de cette culture et de cette mentalité ne peut être rien d’autre que moi-même. Descartes - dont la philosophie a, peut-être sans qu’il le veuille, fourni la base du capitalisme - doutait de tout, sauf de lui-même. Aurait-il dû douter de lui-même aussi ? Et, plus important, comment s’était-il retrouvé dans cette situation ? Il y a dans l’histoire des états de doute similaires à la situation qu’il a vécue, tels que la construction de Dieu par les prêtres sumériens, les doutes théistiques profonds du prophète Abraham, l’entreprise du prophète Mahomet, le scepticisme ionien. Lors de ces étapes historiques, tant la nouvelle mentalité dans laquelle on entre, que les mentalités précédentes qui doivent être rejetées, ont la particularité de façonner radicalement la société. Tout au moins, elles fournissent le paradigme nécessaire à ce refaçonnement.

La raison essentielle de ce doute est l’échec de l’ancien état d'esprit profondément enraciné (ou « structuralité idéologique ») à répondre à l’émergence du nouveau style de vie. Les matrices mentales requises pour la nouvelle vie sont difficiles à créer, elles exigent un profond progrès de la personnalité. Quel que soit le phénomène de doute - entreprise prophétique, phase philosophique ou découverte scientifique - au fond, il cherche toujours à répondre au même besoin : comment mettre en place les matrices mentales indispensables à la nouvelle vie sociale ? Ce terrible scepticisme est caractéristique de cette étape intermédiaire. Les vies splendides de Descartes, de Spinoza et d’Érasme portent les traces de cette phase historique, en un lieu devenu le berceau de l’ascension durable du capitalisme au 16e siècle, c’est-à-dire ce que l’on appelle de nos jours les Pays-Bas. 

PDF
9782365123372

Fiche technique

Nombre de pages
348
Auteur
Öcallan Abdullah
Collection
Hors collection

Références spécifiques

Vous pouvez aussi vous procurer la version numérique

Ce livre est le volume II de la série d'ouvrages écrits par Abdulah Ôcalan dans la prison où le pouvoir autoritaire turc l'a mis à l'isolement. Voici le début de son texte :

Pour me défendre contre le système capitaliste, il faut que je commence par me libérer de ses formatages mentaux. Si nous voulons nous libérer du capitalisme, nous devons cesser de le vénérer comme le Veau d’Or car, ne vous y trompez pas, tout comme un musulman doit s’exclamer Bismillah! (« Au nom de Dieu ! ») avant d’entreprendre quoi que ce soit, le capitalisme nous impose ses propres règles sacrées.

Table des matières

Préface 9

Introduction 21

Première partie

Les facteurs de la naissance du capitalisme 35

I. Rationalisme 39

II. Économisme 64

III. Relation du capitalisme avec le pouvoir politique et le droit 84

IV. L’espace du capitalisme 98

V. Civilisations socio-historiques et capitalisme 111

Deuxième partie

Le capitalisme, ennemi de l’économie 131

I. Le capitalisme n’est pas économie mais pouvoir 139

II. Pourquoi le capitalisme est anti-économie 145

III. Le capitalisme dans son rapport avec la société, la civilisation et l’histoire 151

IV. La situation en Europe à la naissance du capitalisme 190

Troisième partie

Le Léviathan moderne : l’État-nation. La descente de Dieu sur terre 195

I. Le phénomène de la nation et son développement 201

II. Définir l’État 205

III. L’idéologie de la civilisation capitaliste et sa transformation en religion 216

IV. À la mémoire des victimes du génocide juif 226

V. Le pouvoir dans la modernité capitaliste 240

VI. Modernité capitaliste et État-nation 249

Quatrième partie

Le temps de la modernité capitaliste 275

I. Le capitalisme marchand monopoliste 279

II. Révolution industrielle et ère de l’industrialisme 287

III. L’ère de la finance – L’empire de l’ argent 304

Conclusion 325

Ce livre est le volume II de la série d'ouvrages écrits par Abdulah Ôcalan dans la prison où le pouvoir autoritaire turc l'a mis à l'isolement. Voici le début de son texte :

Pour me défendre contre le système capitaliste, il faut que je commence par me libérer de ses formatages mentaux. Si nous voulons nous libérer du capitalisme, nous devons cesser de le vénérer comme le Veau d’Or car, ne vous y trompez pas, tout comme un musulman doit s’exclamer Bismillah! (« Au nom de Dieu ! ») avant d’entreprendre quoi que ce soit, le capitalisme nous impose ses propres règles sacrées.

La première règle sacrée imposée par le capitalisme est la « méthode scientifique ». Cette méthode n’est pas la « morale de liberté » - indispensable à l’existence de la société humaine - passée au filtre de la vie sociale. Au contraire, il s’agit d’une culture matérielle et mentale qui produit la servitude la plus avancée ; qui, précisément parce qu’elle nie la vie sociale, mène la société vers la dégénérescence et la décomposition. 

Mon argument fondamental pour tenter de me libérer de cette culture et de cette mentalité ne peut être rien d’autre que moi-même. Descartes - dont la philosophie a, peut-être sans qu’il le veuille, fourni la base du capitalisme - doutait de tout, sauf de lui-même. Aurait-il dû douter de lui-même aussi ? Et, plus important, comment s’était-il retrouvé dans cette situation ? Il y a dans l’histoire des états de doute similaires à la situation qu’il a vécue, tels que la construction de Dieu par les prêtres sumériens, les doutes théistiques profonds du prophète Abraham, l’entreprise du prophète Mahomet, le scepticisme ionien. Lors de ces étapes historiques, tant la nouvelle mentalité dans laquelle on entre, que les mentalités précédentes qui doivent être rejetées, ont la particularité de façonner radicalement la société. Tout au moins, elles fournissent le paradigme nécessaire à ce refaçonnement.

La raison essentielle de ce doute est l’échec de l’ancien état d'esprit profondément enraciné (ou « structuralité idéologique ») à répondre à l’émergence du nouveau style de vie. Les matrices mentales requises pour la nouvelle vie sont difficiles à créer, elles exigent un profond progrès de la personnalité. Quel que soit le phénomène de doute - entreprise prophétique, phase philosophique ou découverte scientifique - au fond, il cherche toujours à répondre au même besoin : comment mettre en place les matrices mentales indispensables à la nouvelle vie sociale ? Ce terrible scepticisme est caractéristique de cette étape intermédiaire. Les vies splendides de Descartes, de Spinoza et d’Érasme portent les traces de cette phase historique, en un lieu devenu le berceau de l’ascension durable du capitalisme au 16e siècle, c’est-à-dire ce que l’on appelle de nos jours les Pays-Bas. 

14,22 €
14,22 €

Dans la même catégorie