Theme Settings

Mode Layout
Theme color
Choose your colors
Background Color:
Réinitialiser

.

Meilleures ventes

Depuis la crise de 2007-2008, chacun a pu mesurer l’influence que les banques, les salles de marchés, les banques centrales exercent sur la situation des entreprises, les politiques économiques, et finalement sur l’emploi, les retraites et la situation de chacun.

« Prendre le pouvoir sur l’argent » pour contribuer à sécuriser tous les moments de la vie et à jeter les bases d’une nouvelle civilisation, à partir des contradictions du capitalisme financiarisé en crise ?
Ce petit ouvrage propose sept leviers concrets pour agir dans ce sens : donner aux citoyens un accès aux informations détaillées sur l’activité des banques, renforcer le pouvoir des représentants des salariés sur les stratégies des entreprises et leur financement, réorienter les crédits bancaires avec des fonds régionaux pour l’emploi et la formation, constituer un pôle financier public, retourner contre les marchés financiers le pouvoir de la Banque centrale européenne, mobiliser son pouvoir de création monétaire pour financer le développement des services publics, remplacer l’hégémonie du dollar par une monnaie commune mondiale pour le développement de tous les habitants de la planète.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’université de Paris I, ancien directeur adjoint à la Banque de France, où il a aussi exercé la responsabilité de secrétaire général du syndicat CGT, Denis Durand est aujourd’hui codirecteur de la revue Économie et politique.

6,64 €
6,64 €

De la Guerre d'Algérie aux crises liées à la mondialisation et aux dégâts de la croisance capitaliste, le récit autobiographique de Jean-Louis Moynot prend avec le temps une dimension historique. Recensions : Les Echos, 8 décembre 2017, Le Monde, 27 décembre 2017, L'OURS, février 2018

17,06 €
17,06 €

Appuyant leur propos sur plusieurs enquêtes auprès de pratiquants et d’agents de développement des « Sports de nature », les auteurs de ce livre se proposent de décrire la diversité des usages sportifs de la nature et les formes de différenciations sociales qui y sont engagées, pour ensuite interroger les enjeux et fonctions de cette catégorie de l’action politique.

Souvent décrits comme symptomatiques d’une « demande » croissante des Français en matière d’activités physiques, les « Sports de nature » font l’objet de multiples enquêtes, études, publications ayant pour finalité d’en identifier les effets sur les territoires. Qu’il s’agisse de faire valoir leur contribution à la valorisation des territoires en termes d’attractivité touristique, de potentialités économiques, de sensibilisation à la protection de l’environnement, les usages sportifs de la nature sont en outre l’objet d’une mobilisation publique qui vise explicitement à en favoriser le « développement maîtrisé ». Impulsée au niveau national, cette politique est censée être relayée au niveau local et décentralisé.
Pour autant, le présupposé de l’existence d’une unité sociale des « Sports de nature » et d’une relative homogénéité de pratiques sous-tendues par cette catégorisation générique n’est en soi pas interrogé. La typologie « Sports de nature » est effectivement censée orienter les stratégies et actions politiques locales en direction d’une population dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est géographiquement et sociologiquement dispersée : à titre de liste non exhaustive, pêcheurs, grimpeurs, kitesurfeurs, randonneurs, triathlètes, motocyclistes se retrouvent avec d’autres regroupés dans une catégorie qui ne dissocie pas plus, pour chacune de ces disciplines, les pratiquants les uns des autres. Se présentant sous la forme d’un travail de déconstruction sociologique du langage politique ordinaire, cet ouvrage vise aussi à rappeler que, lorsqu’il s’agit d’une catégorisation officielle, ce sont aussi les intérêts spécifiques (en particulier la légitimation professionnelle d’une partie des agents de l’État) à s’en servir qui doivent aussi être intégrés à l’analyse.
Les auteurs

Laetitia Audinet est géographe, membre associée au GRANEM (Groupe de Recherche Angevin en Économie et Management, UMR-MA n°49) de l’université d’Angers et chercheuse sur les questions liées au tourisme et au développement des territoires.

Christophe Guibert est maître de conférences en sociologie à l’UFR ESTHUA Tourisme et Culture de l’université d’Angers. Il est membre du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO, UMR CNRS 6590).

Arnaud Sébileau est enseignant-chercheur à l’IFEPSA-UCO (Institution de Formation à l’Éducation Physique et en Sport d’Angers-Université Catholique de l’Ouest) et chercheur titulaire au Centre Nantais de Sociologie (CENS, UMR CNRS 6025).

8,53 €

Cet ouvrage éclaire l’évolution des rapports entre culture et politique depuis le début des années 1960.

Il retrace pour ce faire les changements intervenus dans les systèmes de relation constitutifs des politiques locales de la culture. Les collaborations entre agents des champs politique, bureaucratique et culturel pour la promotion de l’intervention culturelle publique ont doté cette politique de structures et de logiques spécifiques qui l’ont progressivement rendue autonome par rapport aux investissements politiques qui en étaient à l’origine. Au fur et à mesure de cette institutionnalisation, un partage des rôles s’est tant bien que mal instauré, confiant la définition des grandes orientations aux élus et réservant celle des programmes aux acteurs culturels. Dans le même mouvement, la mise en avant de finalités proprement culturelles (et notamment la sempiternelle « démocratisation de la culture ») a permis de formuler sinon des objectifs clairs, au moins des compromis relativement stables. Ce double modus vivendi a été remis en cause depuis le milieu des années 1990. Les contraintes budgétaires ont notamment réduit l’initiative des acteurs culturels et, parfois, déplacé le centre de gravité des arbitrages culturels du côté des élus. Il est peu à peu devenu pensable que les politiques de la culture poursuivent d’autres fins que principalement culturelles, et soient mises au service du développement économique. L’histoire retracée dans cet ouvrage à l’échelon local révèle ainsi une évolution beaucoup plus générale : la remise en cause concomitante des spécificités des politiques culturelles et de l’autonomie du champ culturel.

18,96 €
18,96 €

Ils sont 40 comme les voleurs d’Ali-Baba, mais qui sont-ils ? Quel Sésame faudrait-il formuler pour pénétrer certains de leurs mystères, découvrir les fortunes amassées, les richesses détournées, les privilèges cachés, les droits et pouvoirs confiscatoires accaparés ?

Ce livre a l’ambition d’entraîner le lecteur dans un voyage initiatique, documenté mais aussi pédagogique, souvent humoristique. Il l’invite à le suivre dans certaines des coulisses des 40 plus grands groupes de notre économie, celles que l’auteur a pu personnellement parcourir au cours de sa carrière, celles de BNP Paribas, Bolloré, Orange, L’Oréal, Saint-Gobain, Peugeot, Renault, LVMH…, de sociétés qui résonnent dans notre quotidien et contribuent à faire la France actuelle.
Ce sont là des corridors de l’ombre découverts à l’occasion de rencontres, d’entretiens parfois avec leurs dirigeants, avec certains de leurs actionnaires, de leurs administrateurs ou de leurs présidents, d’enquêtes aussi, d’analyses des déclarations, des documents publiés ou, mieux, des décisions prises par les uns et les autres, impactant la vie d’un pays, de continents même et de leurs populations. À l’occasion de ses activités de journaliste ou d’expert auprès des comités d’entreprise et de groupe, l’auteur a ainsi eu l’opportunité d’apprécier la gestion de ces entreprises. De découvrir leurs pratiques.

11,37 €
11,37 €

Conséquence directe de la barbarie de la première guerre mondiale, la  révolution d’Octobre est une réponse pour en finir avec le conflit  et  ne  plus revivre une crise aussi dévastatrice.

Surtout, Octobre va rendre crédible le fait révolutionnaire pour  changer le monde.
Son onde de choc va aussi influencer pour les décennies à suivre, la géopolitique mondiale,  les forces politiques progressistes ou réactionnaires d’ailleurs.
Il s’agira donc de comprendre sans concession les événements de l’année 1917 jusqu’à la bureaucratisation du pays au milieu des années 1920.
C’est donc un petit manuel, une boîte à outils avec des points théoriques et historiques, des fenêtres thématiques et des pistes de réflexion  pour y voir plus clair à la lumière des questions de notre temps. Pour la révolution citoyenne.

L’auteur est professeur des écoles et directeur bénévole d’une importante association d’éducation artistique. Conseiller régional de la région Occitanie, il a été co-fondateur du Parti de gauche et  est aujourd’hui impliqué dans le mouvement de la France Insoumise.

Table des matières

Préface : Connaître le passé, écrire une poésie de l’avenir, par Alexis Corbière
Introduction
1. Repères historiques
2. Panorama des protagonistes de la Révolution russe
3. Qu’est-ce qu’une révolution ?
4. 1917, une année de révolution permanente
1905 : la première révolution russe et la « répétition générale
Les femmes en première ligne de la Révolution de février 1917
Extraits du texte « Le wagon plombé »  de Stefan Zweig    
Retour de Lénine, les thèses d’avril : « Tout le pouvoir aux Soviets ! »
L’impatience révolutionnaire à son comble : les journées de juillet
La contre-révolution s’organise : le putsch de Kornilov
Septembre-octobre : comment et quand prendre le pouvoir ?
L’insurrection : les dix jours qui ébranlent le monde
5. Le nouveau pouvoir : prise du palais d’Hiver et deuxième congrès panrusse des soviets
6. Le premier conseil des commissaires du peuple
7. Les premiers acquis d’Octobre
Les droits des femmes
Le développement de l’instruction, de la culture et des sciences
8. Le conseil des commissaires du peuple affronte de nouveaux périls
La paix de Brest-Litovsk
Début de la guerre civile
Échec de la révolution allemande
La troisième internationale est proclamée
La guerre civile continue en Russie
L’Armée rouge et la victoire
 9. Points de vue critique. Rosa Luxemburg
10. Mesures d’exceptions, tournants successifs, entraves à la démocratie
11. De la Révolution au changement de régime, en passant par Thermidor
La bureaucratisation
Le bonapartisme
Le stalinisme ou la dictature de la bureaucratie
12. Conclusion ou quelles leçons en tirer ?
Oui, la Révolution est possible
Les bolcheviks ont gagné
Du parti et du mouvement
Alors, parti ou mouvement organique ?
Pour une citoyenneté active
Pour un mouvement constituant, pour une assemblée constituante
Pour l’Écosocialisme, pour un nouvel humanisme
La révolution citoyenne est une nécessité
Petit lexique politique
Le rétroviseur pour faciliter la conduite. À propos de la Grande révolution française, par Léon Trotsky (1903)
Références

6,64 €
6,64 €

Les sujets touchant à la laïcité et à la radicalisation n’en finissent pas d’enflammer les débats, dans la presse, les colloques, les rencontres, les discours politiques, et les communications  se multiplient autour de ces deux notions (laïcité et religions, laïcité et éducation, féminisme et laïcité, radicalisme et Islam). Avec ce livre, l’idée est d’interroger comment et pourquoi ils questionnent autant au niveau des médias que dans les grands débats intellectuels ou politiques.

Pour répondre au « pourquoi », il semble que les événements de l’année 2015 en France, plus particulièrement, servent de détonateur et de point de départ. Pour les auteurs, les réponses apportées par le pouvoir politique ont paru être à côté de la question, inappropriées  et  inefficaces : le terrorisme n’est pas éradiqué, et il continue à s’étendre dans d’autres pays. Ces réponses - la mise en avant de la laïcité, l’état d’urgence et le renforcement des mesures policières, la chasse à la radicalisation et le discours sur la guerre de civilisation - font l’impasse sur le contexte qui a permis les actions terroristes et son inscription internationale. Il est indispensable de resituer les événements dans une perspective historique et géopolitique, dans la mesure où tout événement ne peut être appréhendé en lui-même et de manière isolée. 

Les auteurs tentent de montrer par la suite en quoi les réponses en question manquent leur objet, et ne peuvent qu’envenimer les rancœurs et les conflits en cours entre l’Orient et l’Occident.
Les auteurs ont choisi de partir des attentats de 2015 et 2016 en France comme point de départ de leur réflexion. Ils permettront selon eux d’analyser les réactions suscitées, leur inscription dans la société française ainsi que les réponses apportées par les politiques.

14,22 €
14,22 €

Cet ouvrage est le résultat d’une enquête de terrain et s’inscrit dans une anthropologie des sexualités, de la domination et des résistances.

Plus précisément, cette enquête repose sur une ethnographie réalisée entre 2009 et 2011 auprès de 41 jeunes hommes homosexuels âgés de 16 à 28 ans. L’objectif était d’appréhender la manière dont se construisent les identités homosexuelles au travers d’espaces divers : les réseaux sociaux numériques, les espaces publics, les lieux associatifs. L'auteur a choisi d’interroger l’exploration individuelle et collective d’expériences liées à la découverte pratique et identitaire des homosexualités au travers du recueil de discours sur les relations sexuelles, amicales, amoureuses. Ce travail est également une réflexion sur le poids des nouvelles technologies dans la matérialisation de cette marginalité qu’est l’homosexualité. Cette matérialisation est visible à travers la volonté de relier sexualité, émotion et sentiment afin de construire des sociabilités nouvelles. En revanche, si les revendications politiques à l’égard de l’homosexualité ne sont pas au cœur des préoccupations de tous, les expériences recueillies encouragent à penser que vivre au quotidien son identité homosexuelle est politique. C’est de cet élan qu' il est question tout au long de ce travail.

Marien Gouyon est anthropologue et a travaillé sur les homo­sexualités masculines au Maroc dans le cadre de sa formation doctorale. Aujourd’hui post-doctorant à l’université d’Angers, il oriente ses travaux autour des migrations dans les Émirats Arabes Unis et des sexua­lités.

17,06 €
17,06 €

Comment se débrouiller, enfant, ado, adulte de tout âge, et toujours « pas fini », avec la course de haies qu’aura été ce demi-siècle, à commencer par Mai 68 ?

« Fils d’Humanité » renvoie à une métaphore du poète André Benedetto : « de l’obstacle faire le passage ». Pour l’auteur, les obstacles rencontrés auront été autant de franchissements de l’inconnu : une grande grève ouvrière dans un monde qui lui est étranger, l’éclat déboussolant d’une folle jeunesse, la chute d’un système enkysté à l’Est.
Pour ce journaliste atypique, l’Humanité a encore des lacunes, mais elle a cette qualité rare de ne pas se rendre.  Cette estime ne souffre pas l’inconditionnalité. La part critique que s’accorde celui qui y a tenu la plume est une marque de respect pour son histoire et son avenir.
Son récit est une invite à un journalisme d’exactitude et de progrès humain comme le souhaitait le Conseil national de la Résistance. L’Humanité est une embarcation où des rameurs résistent au naufrage programmé de la presse d’idées. Ses difficultés ne sont des bonnes nouvelles pour personne. Raison de plus pour dire ce que l’on a, chacun, sur le cœur.

8,53 €
8,53 €

Comment se débrouiller, enfant, ado, adulte de tout âge, et toujours « pas fini », avec la course de haies qu’aura été ce demi-siècle, à commencer par Mai 68 ?

« Fils d’Humanité » renvoie à une métaphore du poète André Benedetto : « de l’obstacle faire le passage ». Pour l’auteur, les obstacles rencontrés auront été autant de franchissements de l’inconnu : une grande grève ouvrière dans un monde qui lui est étranger, l’éclat déboussolant d’une folle jeunesse, la chute d’un système enkysté à l’Est.

Pour ce journaliste atypique, l’Humanité a encore des lacunes, mais elle a cette qualité rare de ne pas se rendre.  Cette estime ne souffre pas l’inconditionnalité. La part critique que s’accorde celui qui y a tenu la plume est une marque de respect pour son histoire et son avenir.
Son récit est une invite à un journalisme d’exactitude et de progrès humain comme le souhaitait le Conseil national de la Résistance. L’Humanité est une embarcation où des rameurs résistent au naufrage programmé de la presse d’idées. Ses difficultés ne sont des bonnes nouvelles pour personne. Raison de plus pour dire ce que l’on a, chacun, sur le cœur.

11,37 €
11,37 €

La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en fait partie. Elle contribue à la compréhension, à l’explication, ainsi qu’à la critique du monde au sein duquel nous vivons. Elle n’a rien d’un exercice académique ; elle est constituée d’interventions dans la cité.

Prendre la parole, même devant le public très restreint d’une petite réunion, est une intervention dans la cité. Une prise de position publique n’est jamais neutre. Elle engage son auteur et son public. Elle est toujours normativement orientée, une orientation que les théories critiques revendiquent et formulent explicitement : vivre dans une société plus juste, plus libre et plus raisonnable que la nôtre.

Jan Spurk, professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’université Paris Descartes. Auteur de nombreux ouvrages dont Malaise dans la société. Soumission et résistance ; Avenirs possibles. Du bâtiment de la société, de sa façade et de ses habitants ; Contre l’industrie culturelle. Les enjeux de la libération ; Au-delà de la crise et Les limites de l’indignation.

14,22 €
14,22 €
<p>Depuis la crise de 2007-2008, chacun a pu mesurer l’influence que les...
<p style="margin-bottom:0cm;">De la Guerre d'Algérie aux crises liées à...
<p>Appuyant leur propos sur plusieurs enquêtes auprès de pratiquants et...
Rupture de stock
<p>Cet ouvrage éclaire l’évolution des rapports entre culture et...
<p>Ils sont 40 comme les voleurs d’Ali-Baba, mais qui sont-ils ? Quel...
<p>Conséquence directe de la barbarie de la première guerre mondiale, la...
<p>Les sujets touchant à la laïcité et à la radicalisation n’en...
17,06 €
<p>Cet ouvrage est le résultat d’une enquête de terrain et s’inscrit...
<p>Comment se débrouiller, enfant, ado, adulte de tout âge, et toujours...
11,37 €
<p>Comment se débrouiller, enfant, ado, adulte de tout âge, et toujours...
<p>La sociologie est située dans la société et dans la cité ; elle en...